Programme - Marche consciente année en cours Contactez Daniel Zanin Découvrez la Marche Afghane Découvrez la Marche consciente Invitations aux voyages L'art de la marche au travers des expérience Daniel - Un itinéraire de vie...

Dieu a créé des pays pleins d’eau pour y vivre et des déserts pour que l’homme y trouve son âme.

Proverbe touareg

 

On ne lutte pas contre le désert, on l’apprivoise. Ici, c’est la première chose que l’on apprend, toutjeune et même, pour ainsi dire, dès la naissance : à apprivoiser l’infini.

Jacques Lacarrière

Partir dans le désert, c’est partir au plus loin de soi pour revenir au plus près. On ne se pose plus la question de savoir de quel bord on est quand il n’y a plus de bord. Ce n’est pas dans un pays plein d’eau qu’on découvre sa soif, ce n’est pas dans un pays plein de mots qu’on découvre son sens.

Jean Yves Leloup

Nul homme, après avoir connu cette vie, ne peut rester le même. Il portera à jamais, gravée en lui, l’empreinte du désert, dont le nomade est marqué comme au fer rouge, et au plus profond de ses désirs celui de retourner lancinant ou vague selon son tempérament. Car cette terre cruelle est capable d’envoûter quiconque ose s’y aventurer, bien plus profondément qu’aucune autre région clémente de notre planète.

Wilfred Thesiger

Le désert est le pays de l’absolu et de l’absolu détachement. Il est aussi le pays de l’absolue vérité.

François Beslay

 

Celui qui ne connaît pas le silence du désert ne sait pas ce que c’est que le silence.

Proverbe Touareg…

On peut voyager non pour se fuir, chose impossible, mais pour se trouver. Le voyage devient alors un moyen. Il est donc bien vrai que dans ces immenses solitudes que doit traverser un homme de la naissance à la mort, il existe quelques lieux, quelques moments privilégiés où la vue d’un pays agit sur nous, comme un grand musicien sur un instrument banal qu’il révèle, à proprement parler à lui même.

Jean Grenier

Quand on a connu le désert, on lui reste à jamais redevable d’une épreuve bénéfique, celle qui vous enjoint d’oublier. Le silence du désert vous dépouille. Par là, vous devenez vous-même ; C’est à dire rien. Mais un rien qui écoute.

Edmond Jabès


Retour Accueil